Contribution Benoît Hamon n°2

Benoit Hamon

Nous vivons dans une démocratie intermittente, peuplée de citoyens devenus inaudibles. Les français peuvent choisir leurs représentants mais sont complètement écartés de la façon dont se prennent les décisions dans l’intervalle entre deux élections. Le constat est amer : les partis politiques sont de plus en plus désertés, les citoyens croient de moins en moins en la capacité des dirigeants à changer les choses, et le pouvoir politique est de plus en plus atrophié au profit des pouvoirs financiers et économiques. Face à cette atonie démocratique, il nous appartient de redynamiser la société et de redonner du pouvoir aux citoyennes et aux citoyens afin qu’ils soient au cœur des décisions qui engagent notre destin collectif.

C’est pourquoi, si je suis élu Président de la République, je soumettrai aux Français trois référendums dès le second tour des élections législatives.

Premièrement sur la reconnaissance du vote blanc comme geste civique, afin de tenir compte de toutes les voix, y compris celles qui ne se reconnaissent pas dans l’offre politique existante. Si le vote blanc est majoritaire à l’issue d’un scrutin, l’élection devra être annulée et un nouveau scrutin programmé. Comme c’est déjà le cas en Belgique, au Luxembourg, aux Pays-Bas ou au Danemark, je souhaite par ailleurs accorder le droit de vote aux étrangers aux élections locales afin qu’ils puissent pleinement s’insérer dans notre vie démocratique et sociale. Si ces deux principes sont validés par référendum, ils seront appliqués dès les élections qui suivront.

Enfin, je proposerai également par référendum l’inscription dans la Constitution d’un 49-3 citoyen. C’est-à-dire la possibilité concrète pour les électeurs de suspendre l’application d’une loi adoptée par le Parlement, jusqu’à un an après sa promulgation, et d’obliger le Parlement à la soumettre à référendum, dès lors que 450.000 électeurs, c’est-à-dire 1% du corps électoral, signent une pétition encadrée par la loi. La mise en place de ce 49–3 citoyen donnera également l’opportunité d’organiser un referendum d’initiative populaire. Il permettra aux citoyens de faire irruption dans les processus politiques, et empêchera à l’avenir un Président de la République ou une majorité de faire le contraire de ce qu’ils avaient promis.

Pour aller encore plus loin, je proposerai dès l’automne 2017, la création d’une grande conférence citoyenne, constituée de citoyens tirés au sort. Comme cela a pu être le car en Irlande, en Islande ou en Estonie, cette conférence citoyenne sera chargée de l’élaboration partagée avec les parlementaires du régime institutionnel de la 6ème République, autour d’orientations fortes : renforcement de l’action du Parlement et équilibre des pouvoirs avec le gouvernement, limitation du mandat des élus dans le temps, instauration d’un quota de députés élus à la proportionnelle, mandat présidentiel unique, etc.

Ce processus inédit répond à la volonté de mettre fin à la démocratie intermittente et de redonner toute la place qui revient au peuple français, seul et unique souverain.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×