Contribution Sylvia Pinel n°1

Sylvia Pinel

De l’audace pour la gauche, de l’audace pour la France !

Comme en 2011, les radicaux de gauche participent aux primaires citoyennes. Volonté de rassemblement et d’ouverture fondent cette décision. Je fais de ma candidature le gage d’un débat qui s’adresse d’abord aux Français, qui répond aux interrogations d’un pays en quête de sens et d’avenir.

Mon projet, c’est celui des radicaux de gauche, celui d’une audace pour la France.

L’audace économique et sociale. Celle d’affirmer qu’il n’y pas de redistribution des richesses, pas de solidarité sans création de richesse. Celle qui voit dans l’entreprise un collectif qui tire notre pays vers la croissance. J’assume un libéralisme de gauche, celui de la liberté des échanges, des savoirs, celui de la valeur ajoutée du travail. Je combats les excès du capitalisme financier sans âme, sans direction. Je crois en l’entrepreneuriat, aux TPE, à l’artisanat. Je propose une fiscalité incitative sur les sociétés, des allègements de charges et pour les salariés un contrat d’emploi durable qui les associera mieux à la direction et aux résultats de leur entreprise.

L’audace républicaine. Celle de la laïcité comme fondement du vivre ensemble. Cette neutralité absolue et bienveillante qui permet les croyances ou non-croyance individuelles mais privilégie le citoyen. Cette liberté qui assure l’égalité pour tous et toutes, qui combat les exclusions. La laïcité que je défends n’est pas tolérante contre les intolérances qui privent les femmes de la liberté de leur vie comme de leur corps, qui restreignent la liberté de conscience. La laïcité que je défends c’est aussi celle qui nous permet d’envisager de nouveaux droits, ceux d’une société qui se fait confiance. PMA sans conditions pour toutes les femmes, droit de mourir dans la dignité sont deux engagements que je porte en ce sens.

L’audace de croire en l’Europe. Notre sécurité face aux menaces terroristes, aux guerres, notre capacité à peser dans la mondialisation passent par une Europe forte, politique et démocratique. Ce projet c’est celui d’un cœur fédéral pour l’Europe. C’est celui d’un Président européen élu par les citoyens, de convergences fiscales et sociales, de frontières économiques claires, d’un droit d’asile unifié. C’est celui d’une France moteur politique de l’Union européenne.

Les 22 et 29 janvier, la gauche enverra à la France le message d’un pays de progrès, déterminé et combattif. Ce sera un message d’espoir. Un espoir que j’entends porter pour le partager avec chacun.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×