Contribution Vincent Peillon n°2

Chers compatriotes,

Dans quelques jours, l’investiture du nouveau président des Etats-Unis ouvrira une nouvelle page de l’Histoire. Nous sommes restés impuissants face à l’annexion de la Crimée, face à la guerre en Ukraine, face au massacre de centaines de milliers de civils au Moyen-Orient… L’évidence est devant nous : il faut un sursaut européen.

La situation actuelle est le résultat d’années de résignation et d’inertie au cours desquelles les responsables politiques de tous bords, y compris au sein de notre propre famille politique, ont renoncé à faire l’Europe. L’année 2016 a vu l’Union européenne se déchirer face à la crise des réfugiés. Certains, parmi les dirigeants de notre pays, ont préféré faire des reproches à ceux de nos voisins qui ont assumé une véritable politique d’asile, alors qu’ils auraient dû y voir un exemple.

2017 nous place devant une alternative claire : défaire l’Europe ou la reconstruire. Je fais le choix d’une gauche internationaliste et européenne. Celle qui est au cœur de notre famille politique, de nos valeurs et de notre histoire.

Je fais le choix de relancer l’Europe avec un moteur franco-allemand pour construire ensemble un new deal européen. Il s’agit de respecter nos engagements, à travers une stratégie de finances publiques claire pour, simultanément, exiger des plans d’investissement en Europe pour l’emploi, l’école, la recherche, la transition écologique. C’est par l’Europe que nous pourrons construire un nouveau mode de développement, de consommation, de production qui préserve notre planète, ses ressources et la santé des générations qui viennent.

Avec l’Europe, faisons ensemble le choix de plus de prospérité, de solidarité, de puissance sur la scène internationale, et aussi de sécurité à l’intérieur de nos frontières. Mais se protéger, ce n’est pas s’enfermer, se replier. Se protéger, c’est assumer ce que l’on est avec maîtrise et responsabilité. C’est ce que nous ferons en mettant en place un corridor humanitaire entre l’Europe et les pays voisins de la Syrie. Nous construirons aussi une politique étrangère et de sécurité commune, en créant un corps européen de garde-frontières et en renforçant la lutte contre les réseaux criminels de passeurs.

Après des décennies de paix, n’oublions pas que l’histoire est tragique. Ne dansons pas au bord du précipice comme des somnambules. Plus tard, il sera trop tard. Si l’Europe se défait, la France se défera aussi. Ensemble, relançons la France avec l’Europe !

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×